Camy Jagger

Ô toi, ami lecteur qui aimes dilapider ton précieux temps, aujourd’hui l’Imprimerie Nocturne te propose de découvrir la deuxième interview de sa série : « Purée, c’est qui ces tocards qui écrivent dans ce canard  de …». Et t’invite à connaître la délicieuse et peu intéressante : Camy Jagger.Camy est une femme comme on n’en fait plus. Âgée de 22 ans, titulaire d’un Bac STG Mercatique, truc bidule, elle est aujourd’hui en 2e année de licence d’espagnol et aime que l’on fasse semblant de s’intéresser à ce qu’elle fait.

Non contente de participer de manière anecdotique à l’élaboration d’articles pour l’Imprimerie  Nocturne, elle sévit également comme chroniqueuse pour le webzine Reaphit. Et quelle sacrée  chroniqueuse, cette Camy ! Fan de hip-hop, de pop-up, de Pompidou et de Pump it up, elle aime également les Red hot Chili Peppers, le lait à la menthe et les BN. Ce qui n’a aucun rapport avec ce portrait, je vous l’accorde.

Enfin, la dame est du signe du Taureau (le meilleur de tous), elle n’a aucune allergie alimentaire connue à ce jour et elle avait un maître de CP du nom de M. Guillard. Ce qui intéressera sûrement les plus pointilleux d’entre vous.

La vie n’a pas été tendre avec Camy (son prénom l’atteste). Face aux caprices du destin, elle dut mener une lutte sans relâche pour être autre chose qu’un énième sosie de Mike Jager.  Mais elle su rester digne. Et c’est avec force et bravoure qu’elle nous livre aujourd’hui cette interview pleine de pudeur, à la fois simple et intimiste.

image

1 : Si tu devais te décrire sur le bon coin ?

Jeune femme, femme jeune, jeune femme enfant d’une vingtaine d’années, espiègle, arrogante, insolente mais gentille de temps en temps, ouverte d’esprit ainsi que saine de corps. Haute comme 3 pommes, petit elfe perdu sur la lune mais qui en a sous le chapeau, laissant quand même son esprit vagabonder un peu trop souvent. Vendue avec une culture du hip-hop aiguisée comme une mine de crayon HB, et une collection de vinyles au nombre indéterminé.

2 : Comment es-tu tombée follement amoureuse de l’Imprimerie Nocturne ?

On peut tomber follement amoureuse d’une imprimerie qui est nocturne en plus ? Je suis tombée amoureuse de cette Imprimerie peu commune le jour où j’ai visité le site. Sans exagération j’ai été émerveillée par tant de différences culturelles. Je n’aurais jamais pensé qu’il y avait autant d’évènements dans une petite ville comme Rennes. Grâce à elle, je me suis intéressée au théâtre, au cinéma, aux livres plus que je ne l’aurais fait en temps normal. L’Imprimerie m’a beaucoup apporté. Je me suis découvert un nouveau hobbie, je me suis rendu compte que j’adorais écrire, écrire sur ma passion, sur la découverte d’artistes. L’Imprimerie Nocturne m’a permis de rencontrer des personnes vraiment formidables que je n’aurais jamais sans doute croisées en temps normal, j’ai pu aller à des concerts, profiter et apprendre de nouvelles choses. Je remercie Marie qui est la plus compréhensive des rédacs chef de la terre entière (laisse ça elle ne va pas aimer ahah). Merci de pouvoir me permettre de faire ce que je fais aujourd’hui.

3 : Comment as-tu intégré le projet ? L’histoire dit qu’avant de t’ancrer à l’Imprimerie Nocturne, tu bossais comme photocopieuse dans une MJC ?

J’adore les photocopieuses ! Quand on y pense c’est une machine fantastique ! On peut plaquer notre visage sur elle comme on le fait sur une fenêtre et faire des têtes improbables et ensuite la décupler en 100 fois si on veut. Ça doit être cool d’être une photocopieuse quand même ! Tu sais les horaires de bureaux, les trois semaines de congés payés, le salaire tout ça tout ça. Pour la petite histoire, je pensais depuis quelques temps à écrire des articles sur mes découvertes hip-hop du moment, sur des artistes photographes, graffeurs, peintres ou encore vidéastes, sur la culture street art et mettre tout ça sur une sorte de blog. Puis un jour sur un des panneaux d’affichage de Rennes 2, je vois une affiche plus petite que les autres, tu sais un peu comme dans certains quartiers où il y a de grandes tours et au milieu, une petite maison avec un jardin. Tu te demandes comment elle a fait pour rester là aussi longtemps et ça attire toute ton attention ; ben là c’était pareil. C’était ça ! Le détail qui a retenu toute mon attention. Je voulais partager ma passion pour le hip-hop avec des inconnus, des personnes que je ne connaitrais jamais mais avec qui j’aurais les mêmes centres d’intérêts. Aujourd’hui je prends un plaisir énorme à écrire des articles et faire de la photo.

4 : Peux-tu nous dire quel est ton rôle au sein du journal ? Et nous parler de tes relations avec le coach ?

Je n’aime pas trop le terme de rôle. Cela nous cantonne à être mis dans une case et à y rester. Je n’ai pas de rôle à proprement parler, je suis chroniqueuse. « Spécialisée » dans la culture hip-hop tout sujet confondu (parce que je ne me vois pas écrire sur autre chose). En ce qui concerne le coach, on s’est rencontrés peut-être deux jours après avoir vu l’affichette. Je crois qu’on s’est tout de suite bien entendues. Elle possède une de ces cultures c’est ouf ! Je n’ai jamais vu ça auparavant. Elle s’intéresse à tout. Elle t’aide au moindre problème, elle est impliquée, consciencieuse et on aura beau dire, l’Imprimerie Nocturne est son bébé. Son moteur et aujourd’hui elle ne pourrait plus vivre sans ça !

5 : En comparaison avec Dieu, qu’est-ce qui fait selon toi, la toute-puissance de l’Imprimerie ?

Sans hésitation, sa différence. Elle ne ressemble à aucun autre webzine. Elle est originale éclectique, et ce qu’il y a de mieux c’est que chacun vient d’horizons différents, on a des parcours, des histoires, des centres d’intérêts différents et c’est vraiment ça qui est génial. Les autres doivent nous envier j’en suis sûre ahah.

6 : Les gens de l’Imprimerie parlent de toi comme « celle dont on ne doit pas prononcer le nom » Il a quoi de spécial ton nom ?

Ahah, je ne sais pas, à toi de me le dire. On me dit que Camy est original comme blaze. Faut remercier mes parents pour ça je n’y suis absolument pour rien ce n’est pas de ma faute. Concernant mon nom de famille on ne doit pas le prononcer par peur de réveiller la rock-star mondiale qui sommeille en moi. Si t’as pas fait le rapprochement, c’est que t’es vraiment une brelle ! Je crois que des fois je suis trop intimidante aussi. (Moment d’humilité total…)

7 : Si Marie était un département d’Outre-mer ?

La Guadeloupe. J’adore la Guadeloupe. Un jour j’irai là-bas ! Pour une période indéterminée. Je peux en dire un deuxième ? Ah désolé trop tard : la Nouvelle-Calédonie parce que c’est tout simplement magnifique et qu’on y fait bien la fête là-bas.

8 : Des projets d’articles au sein du journal ? On dit que tu rêves d’interviewer les frères Bogdanoff séparément ? 

Oui j’en ai quelques-uns qui vont arriver notamment pour la Check da Vibe du 17 mai. Je vais aussi cet été aux Nuits de l’Erdre (Disiz, IAM etc). Je vous ramènerai quelques reports live et des photos par milliers. Tu insinue par ta deuxième question que je pourrais interviewer des escrocs pareils ? Je suis très vexée ahah. Je conseillerais juste à ces deux énergumènes d’arrêter le bistouri, de faire de vraies études, et d’arrêter de nous casser les cacahuètes avec leurs théories à deux francs six sous (j’adore cette expression).

9 : Question « Qui-est-ce ? » pour gagner deux boîtes de Cœurs de Palmier : « Est-ce un homme ? / Est-ce une femme ? / Porte-t-elle des lunettes ? A-t-elle de la moustache ? »

Je dirais une femme à lunettes avec de la moustache ? Ugly Betty ? Bridget Jones ?

10 : Dis ce que tu veux comme horreurs sur l’Imprimerie Nocturne. Fais-toi plaiz!

Désolé ça je ne peux pas ! Même si je le voulais je ne pourrais pas parce que je n’ai strictement rien à répondre ahah. Peut-être seulement le fait que je ne peux pas mettre « je » ou « tu » dans mes articles et ça m’enquiquine au plus haut point.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s